STYLO ET ENCRE

Laboureur des Appalaches
Appalachian Plowman.jpg

Mon grand-père, Ed Feick, l'arrière-oncle Clayton Shantz, l'oncle Earl Feick et mon père, Don Feick, étaient tous des laboureurs champions, à la fois au niveau des cantons et des comtés locaux ainsi qu'à l'International Labouring Match. A partir du moment où j'étais en âge de marcher, j'assistais aussi aux matchs. Les agriculteurs ont laissé des paniers de boisseaux de pommes et de poires sur des chariots à foin garés sur les terres de la tête pour le plaisir de tous. De nombreux hommes plus âgés avaient des sacs de bonbons à la menthe écossaise, des boules noires et des pastilles de graines de lin dans les poches de leur veste de costume ou leur salopette à distribuer aux enfants bien élevés. J'ai adoré les sons du match aussi. . le grincement du cuir ; les gees et les haws criaient par les cavaliers ; . . .l'odeur des chevaux mélangée aux vapeurs de diesel et aux gaz d'échappement des tracteurs . . .et l'odeur du foin ou de la paille sur les wagons. C'était un bon moment et surtout pour quelqu'un comme moi passionné de chevaux. Les matchs de labour ont été mon moment fort de l'année. J'y vais quand je peux. J'ai fait ce dessin à partir d'une photo d'une très ancienne nation géographique (peut-être vers la fin des années 40 ou le début des années 50), au début de ma carrière artistique parce que je n'avais jamais vu de harnais de chaîne comme celui-ci auparavant ni un seul attelage de cheval à moins qu'un laboureur ne soit finir. Je ne sais pas qui était le photographe. Aujourd'hui, je ne travaille qu'à partir de mon propre matériel – Jenny